Site Loader
centres-equestres-confinement

Après un début d’année scolaire encourageant, les centres équestres font à nouveau face au coronavirus et au confinement. Sanctionnés par une fermeture administrative et par l’obligation d’assurer eux-mêmes l’activité physique de leurs équidés lors du premier confinement, les dirigeants de centres équestres bénéficient cette fois de nouvelles mesures établies par le protocole FFE. De quoi s’agit-il exactement ? Qu’avez-vous le droit de faire dans vos centres équestres en période de confinement ? Movnjoy vous dit tout sur le protocole FFE.

Coronavirus et centres équestres : le point sur la situation en France

Le premier confinement avait déjà mis à mal le monde de l’équitation. Ce deuxième confinement ne fait qu’aggraver la situation, mettant en danger plus de 6000 centres équestres en France. 

En effet, depuis le 30 octobre 2020, les Établissements Recevant du Public (ERP) font à nouveau l’objet d’une fermeture administrative. Contrairement au premier confinement où les centres équestres ne pouvaient plus accueillir les propriétaires des chevaux en pension notamment, certaines personnes ont cette fois-ci le droit de se rendre au sein des écuries, à savoir : 

  • Les personnes en formation professionnelle. 
  • Les sportifs professionnels. 
  • Les sportifs de haut niveau. 
  • Les cavaliers issus de groupes scolaires ou périscolaires. 
  • Les personnes détenant une prescription médicale ou présentant un handicap reconnu. 
  • Les propriétaires de chevaux et les cavaliers ayant un équidé en pension. 

Cela ne règle toutefois pas l’un des problèmes majeurs des centres équestres. En effet, comment assurer l’entretien physique et le bien-être de toute une cavalerie en période de confinement ? Qui plus est, à une période de l’année où les pâtures ont, pour beaucoup, été utilisées tout l’été et sont devenues inutilisables ou insuffisantes ?

Les structures équestres font face à un manque de moyens humains pour assurer l’activité physique des chevaux et des poneys en période de confinement. Consciente de ce problème, la FFE a interpellé le Gouvernement sur la question. 

Centres équestres en confinement : le protocole FFE

Parce que tenir une structure équestre est synonyme de gestion d’êtres vivants, il n’est pas possible d’arrêter totalement les activités. C’est en ce sens que la FFE a proposé un protocole spécifique qui a été validé par le Gouvernement le 10 novembre dernier.

Le protocole FFE permet ainsi aux centres équestres d’accueillir de manière organisée certains cavaliers licenciés au sein de leur structure pour assurer l’activité physique de leur cavalerie. Mais attention, il faut respecter plusieurs règles.

Les cavaliers autorisés à monter

Pour faire face au coronavirus, le protocole FFE permet désormais aux cavaliers licenciés FFE de prêter main forte à leur centre équestre en venant s’occuper des équidés. Ce sont ainsi 1 à 3 cavaliers qui peuvent prendre en charge un même cheval chaque jour. Mais attention, il ne doit jamais y avoir plus de 6 cavaliers simultanément dans la même aire de pratique. 

Pour qu’un cavalier puisse se rendre dans son centre équestre, il faut que le dirigeant de la structure l’ait enregistré au préalable sur la plateforme FFE (accessible depuis l’espace FFEClub SIF). Essentiel, cet enregistrement permet en effet de retracer les allers et venues de chacun. Vous trouverez la marche à suivre pour tenir le registre Covid ICI.

L’impossibilité de donner des cours

Les cavaliers qui peuvent se rendre dans les centres équestres sont réputés encadrés. Cela ne signifie pas que le dirigeant d’un centre équestre peut donner cours. L’encadrement envisagé par le protocole FFE signifie simplement qu’il faut : 

  • Assurer la sécurité des cavaliers. 
  • S’assurer du respect du règlement intérieur et du protocole sanitaire. 

Comment encadrer des cavaliers sans leur donner cours ? Serge Lecomte, Président de la FFE, suggère aux enseignants des centres équestres d’imaginer de nouvelles méthodes pour accompagner leurs élèves. Selon lui, ce confinement est peut-être l’occasion d’amener les cavaliers à travailler leurs chevaux plus en autonomie. Bien sûr, les cavaliers débutants ne sont peut-être pas les plus à même de travailler de cette façon. C’est aux dirigeants de choisir les cavaliers les plus responsables et autonomes dans leur équitation. 

Quoi qu’il en soit, l’objectif de cette mesure est uniquement d’assurer le bien-être physique et mental des chevaux et des poneys de club. 

Si les cours ne peuvent pas être assurés, les cavaliers peuvent-ils tout de même régler une prestation ? C’est possible. Chaque structure doit déterminer l’éventuel montant des prestations en fonction des conditions et des tarifs qui ont été fixés par le club. 

Les obligations administratives

Le protocole FFE précise que la pratique de l’équitation ne peut se faire qu’en extérieur. Si les infrastructures ne le permettent pas, alors le port du masque est obligatoire pendant l’activité.  Bien entendu, la venue des cavaliers autorisés doit se faire dans le strict respect du protocole sanitaire en vigueur. 

La FFE a également rappelé qu’en cette période de confinement, les centres équestres restent fermés au public non autorisé jusqu’à nouvel ordre. 

Bon à savoir : Il n’est pas obligatoire de mettre en oeuvre le protocole FFE. S’il l’est, c’est à chaque dirigeant de définir les conditions dans lesquelles les cavaliers viennent dans son club. 

A la lecture de ce protocole FFE, qu’avez-vous décidé de faire dans votre centre équestre ? Dîtes-nous tout en commentaire ! 

Vous voulez préparer la reprise d’activité dès maintenant ? Inscrivez votre club sur Movnjoy et faites connaître votre structure auprès de milliers de cavaliers. Nous vous soutenons dans cette épreuve et nous espérons de tout coeur que la situation reviendra bientôt à la normale ❤️.

Foire aux questions

Puis-je ouvrir ma structure aux propriétaires pendant la période de confinement ?

Les propriétaires peuvent se déplacer au-delà d’1 km pour s’occuper de leur cheval, afin de le nourrir, le soigner et assurer son activité physique. Ils sont autorisés à monter leur cheval dans la mesure où l’activité correspond à l’exercice régulier et habituel de l’équidé. Ils peuvent également sortir en extérieur dans la limite d’1h et d’1 km autour du centre équestre ou du poney-club. Les cavaliers ayant une demi-pension, un tiers de pension ou un quart de pension peuvent également se rendre dans l’écurie. 

Accueil des cavaliers par les centres équestres pendant le confinement : qu’en est-il des assurances ?

Les dirigeants des centres équestres peuvent faire appel à des cavaliers pour assurer l’entretien physique de la cavalerie. Il leur appartient toutefois de vérifier auprès de leur assureur qu’ils sont bien couverts en Responsabilité civile professionnelle pendant le confinement. Selon la FFE, Generali continue de couvrir les établissements assurés pendant le confinement. Les garanties d’assurances individuelles offertes par la licence FFE sont également maintenues pour les cavaliers licenciés.

Quels documents doivent fournir les cavaliers autorisés à venir dans les centres équestres pendant le covid ?

Une fois que le dirigeant a enregistré le cavalier du club dans le registre Covid, une attestation est émise. Le cavalier la trouvera dans son espace personnel FFE. Lors de ses déplacements, il devra avoir avec lui :

  • Ce document.
  • Son attestation de déplacement dérogatoire : le cavalier doit cocher la case « Consultations, examens et soins ne pouvant être assurés à distance ».

Jennifer Arnoux

2 Replies to “Centres équestres et confinement : le protocole FFE en détails”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *